Risque chimique

Toute substance en quantité suffisante peut provoquer des effets nocifs, délétères pour l’organisme. Le risque chimique est le résultat de l’exposition d’un salarié à l’occasion d’activités de production, manutention, stockage, transport, élimination ou traitement de produits chimiques.

Le risque chimique en trois chiffres

106 211

substances chimique sont répertoriées au niveau européen

33,2 %

des salariés sont exposés à au moins un produit chimique

10,1 %

sont exposés à au moins un agent chimique cancérogène

Qu’est-ce qu’un Agent Chimique Dangereux (ACD) ?

Un Agent Chimique est dit Dangereux s’il répond à au moins un critère de danger physique (par ex. explosible ou inflammable), pour la santé (par ex. toxique ou irritant) ou pour l’environnement (par ex. nocif pour les organismes aquatiques).

Ce sont tous les mélanges ou substances utilisés (fûts, bidons, pots, sacs, bombes aérosols, sprays, etc.) ou produits lors de l’activité (par ex. poussières de bois, fumées de soudage ou gaz d’échappement).

Quels sont les effets pour la santé ?

En cas de contact cutané, d’inhalation ou d’ingestion, des effets sur la santé plus ou moins graves peuvent apparaitre : irritations, brûlures, troubles de la conscience, asthmes, diminution de la fertilité, cancers, etc.

Les effets d’un agent chimique peuvent être immédiats ou différés à moyen ou long-terme (jusqu’à 40 ans après l’exposition).

Que dit la réglementation ?

Les règles relatives à la prévention des risques chimiques sont définies par les articles R.4412-1 à -160 du Code du Travail.

Il est demandé à l’employeur d’évaluer le risque chimique. Si pour une situation, le risque n’est pas négligeable, le chef d’entreprise doit alors (liste non exhaustive) :

  • Prendre des mesures de prévention ;
  • Vérifier les installations de ventilation et les appareils de protection collective ;
  • Contrôler l’exposition de ses salariés ;
  • Prévoir des mesures spécifiques en cas d’accident (par ex. renversement d’un fût, éclaboussure dans l’œil) ;
  • Informer et former les salariés ;
  • Etablir une notice de poste.

Comment évaluer le risque chimique ?

La première étape consiste à faire l’inventaire des ACD utilisés ou générés lors de l’activité.

Dans un deuxième temps, on rassemblera et on analysera les Fiche de Données de Sécurité (FDS) ; à défaut les étiquettes des produits peuvent également être exploitées.

Enfin, on pourra évaluer, à proprement parler, le risque chimique au moyen d’un logiciel en libre utilisation comme Seirich.

Comment se protéger ?

Par des mesures techniques :

  • Substitution : remplacement de l’ACD par une substance équivalente mais moins dangereuse ;
  • Travail en vase clos ;
  • Entretien régulier des installations ;
  • Ventilation : extraction des polluants à la source et renouvellement de l’air de l’atelier ;
  • Conditions et modalités de stockage et de manipulation sûres.

Par des moyens individuels de protection :

  • Protection de la peau et des muqueuses (gants, lunettes de sécurité, combinaison)
  • Protection des voies respiratoires (demi-masques filtrants, masques à cartouche, cagoules ou casques à ventilation assistée).

Par des mesures d’hygiène générale :

  • ne pas boire, manger ou fumer au poste de travail ;
  • lavage régulier des mains ;
  • distinction entre vêtements de travail et vêtements de ville ;
  • maintien des locaux et postes de travail propres.

Notre champ d’intervention

  • Sensibilisation et accompagnement à l’évaluation du risque chimique
  • Mesurage de l’exposition
  • Aéraulique
  • Conseil en risque chimique

INRS

VISITER

OPPBTP

VISITER

Ministère du travail

VISITER

CARSAT Alsace-Moselle

VISITER

SST des Pays de la Loire

VISITER